L’avenir de la franchise est aussi dans le commerce connecté

La progression du e-commerce depuis le milieu des années 90 est quasiment exponentielle ; à côté des pure players (Amazone, Cdiscount, Price Minister, ou autres), la multiplication des sites de vente en ligne a démontré que le commerce de détails et les réseaux de franchise ont pris le virage; aujourd’hui, ces deux formes de commerce ne s’affrontent plus mais se complètent pour le plus grand bonheur des consommateurs. L’arrivée progressive des grandes enseignes du commerce traditionnel et de la grande distribution a boosté la concurrence. Mais l’opposition entre le commerce en ligne et le commerce traditionnel  s’atténue pour proposer une offre de plus en plus élargie. Les consommateurs jouent sur les deux tableaux et n’ont pas d’état d’âme. Seul le résultat compte : le meilleur produit au meilleur prix au plus près de chez lui, les conseils personnalisés en plus.

Etat des lieux du e-commerce en France

Selon la fédération e-commerce et  de la vente à distance, le chiffre d’affaires du commerce en ligne a atteint 51,1 Md€ de chiffre d’affaires en 2013 avec 138 000 sites et 600 millions de transactions. Une croissance de 13,8% soit huit fois celle du commerce traditionnel. Principaux secteurs concernés : l’équipement à la personne, l’équipement de la maison et en particulier l’électro-ménager, l’informatique, la beauté bien-être, le sport, les jouets, le jardin. Mais il faut savoir que même avec une progression à deux chiffres, les ventes sur Internet ne représentent que 8% du commerce de détail.
De plus, il est constaté une stagnation du panier moyen depuis deux ans (84,50 euros en 2013 contre 87,50 en 2012 et 90 euros en 2011). Evidemment la stagnation du pouvoir d’achat y est pour beaucoup mais il faut aussi être conscient que la concurrence est de plus en plus forte. le chiffre d’affaire a été multiplié par six en 10 ans tandis que le nombre de sites a lui connu un multiplicateur de 10. CQFD : qu’il ne suffit pas de proposer des produits avec des bons prix mais qu’il faut aussi fidéliser et prospecter de nouveaux clients pour consolider voire faire progresser les ventes. De nouveaux outils de marketing créés par les géants de l’internet captent  les consommateurs via leur smartphone ou leur tablette à travers des moteurs de recherche. performants.

Une offre de plus en plus diversifiée

Si le e-commerce a commencé avec les produits culturels, informatiques, les voyages, il s’est peu à peu développé sur d’autres secteurs d’activités (l’habillement, la maison, les services) pour aujourd’hui proposer les produits alimentaires par l’intermédiaire des « drives » qui permettent aux clients de commander sur le net et de venir chercher leurs courses toutes prêtes dans les quelques 2721 lieux de retraits en France en 2013 (étude Xerfi).
 Sans oublier les « places de marché » ou Market Place qui regroupent des petits e-commerçants hébergés par de grands sites marchands. Toutes les franchises ou presque sont aujourd’hui sur le Web via un site marchand : le challenge étant de ne pas léser les magasins physiques avec une offre différente et plus attractive mais plutôt de créer une synergie permettant à chacun de profiter de l’un par rapport à l’autre : commander sur le web, réserver et venir ensuite chercher son article en magasin, avoir des avantages via des alertes sur son smartphone géo localisé et profiter d’une offre exceptionnelle dans le magasin le plus proche, etc...

Et l’avenir …

Dans une étude parue en 2011 intitulée "2020 la fin du e-commerce …ou l’avènement du commerce connecté", la FEVAD tend à démontrer que la distinction entre les deux canaux de vente va disparaitre et que les consommateurs n’opteront pas pour l’un ou l’autre mais se décideront en fonction du besoin du moment : commander la nuit sur internet, se faire livrer chez soi ou dans un magasin, privilégier le magasin pour le service après vente ou au contraire préférer celui en ligne, etc… Le consommateur devient opportuniste au sens propre du terme : régler sa conduite selon les circonstances du moment, chercher à utiliser des moyens au mieux de ses intérêts.
Quoiqu’il en soit, le commerce dans les années à venir sera de plus en plus connecté et les clients de plus en plus avertis donc exigeants.

Articles similaires

Les courtiers en crédit immobilier gagnent des parts de marché

par MA - 16 jours

On a constaté que la part de marché des courtiers a doublé en 10 ans et ils comptent, par ailleurs, en posséder la moitié d'ici à 10 ans. Philippe Taboret, président de l'Apic, interviewé par CBanque, revient sur l'état actuel du marché et les amb...

Le bio français en progression

par Hk - 17 jours

Le bio a le vent en poupe. De plus en plus de consommateurs se tournent vers les produits bio, de saison et locaux. Les chiffres de l’Agence Bio le confirment : le secteur a enregistré une hausse de 14,7% en 2015 par rapport à l’exercice précéde...

Innovation en magasin : Américains vs Européens, quelles différences ?

par HK - 28 jours

En Europe comme aux Etats-Unis, les magasins innovent afin d’offrir à leurs visiteurs une expérience client améliorée. Caisses automatiques, Wifi gratuit, Click & Collect, réalité virtuelle… le fournisseur de terrains et solutions d'enquêtes en li...

Informations clés

  • Crée le: 25/09/14 04:32

Les franchises qui recrutent