La victoire d'internet sur les magasins n'aura pas lieu

Les médias mettent sans arrêt en avant la progression à deux chiffres d'Internet . Aux dires de certains, les magasins physiques de la distribution prendraient le chemin de l'obsolescence. Pourtant 2012 n'a pas vu baisser la fréquentation des magasins de manière significative et Internet tout apportant une nouvelle expérience mais n'a pas empêché les Français de shopper .
2012 a vu Internet se mettre au service des magasins. 2013 enfoncera le clou : Internet fera allégeance aux magasins physiques. C'est ce qu'affirme Jérémie Herscovic, Président de Socloz.com dans une tribune libre sous le titre « 2013 : la victoire par K.O des magasins sur Internet ? »

Des chiffres qui parlent et des tendances de consommation qui s'affirment

Internet ne représente que 8% des ventes de détail contre 92% pour les magasins physiques ! Dans les pays où l'e-commerce est plus avancé, il ne représente pas forcément un poids plus important (pas plus de 10%).
En 2012 a émergé le web-to-store : tendance désignant les personnes réalisant des recherches en ligne avant d'acheter en magasin (soit 75% des internautes). Les freins à l'achat sur Internet sont justement à l'origine de son émergence, car le web ne permet pas toujours de finaliser ses achats correctement. Une grande partie des consommateurs souhaite toucher et voir les produits avant de les acheter et Internet ne peut le faire. Il est alors utilisé non pas comme un canal d'achat mais comme une source d'informations.
Autre phénomène qui va dans le sens des magasins, Une bonne partie des pure players s'est associée à des réseaux de distribution afin de devenir rentable. PixMania ou CDiscount. La majorité a même ouvert des points de vente.
Les réseaux physiques qui n'ont pas survécu (Virgin et Surcouf) sont les conséquences d'erreur stratégique liée à un positionnement trop exposé aux catégories de produits les plus achetées sur Internet. :les catégories ne nécessitant pas de toucher et de voir un produit comme le tourisme, les produits culturels (CD, livres), etc.

Emergence et développement du Web to store

Les grandes enseignes ont été les premières à se lancer et testé les divers dispositifs web-to-store possibles : affichages des stocks, réservations en ligne, référencement sur des assistants pre-shopping et autres services de couponing. L'absence de système de suivi fiable, et donc de mesure du retour sur investissement, n'a pas permis d'identifier l'efficacité de chacun des dispositifs.
Concernant les réseaux de commerce de proximité, un bon nombre d'entre eux ont déjà initié une stratégie e-commerce afin d'étendre leur zone de chalandise. Une estimation dénombre d'ores et déjà 5 000 commerçants de proximité sur 150 0004 disposant d'un site marchand même s'ils ne sont encore pas au niveau des grandes enseignes.
Le web-to-store démontre que le consommateur veut bénéficier du plus des 2 modes de distribution : la facilité d'usage d'Internet et l'expérience shopping des réseaux physiques. Ainsi, en 2012, la montée en puissance du web-to-store dans les grandes enseignes s'est accompagnée d'une réflexion et de tests sur la digitalisation des points de vente. : géolocalisation en magasin, catalogues interactifs sur bornes, vitrines interactives, miroirs ou applications de simulation de produits, push d'offres personnalisées sur le mobile, information produit via QR Code ou NFC, paiement sans contact…Néanmoins, aucune solution claire n'a pu réellement émerger parce que la digitalisation doit s'accompagner de changement de processus opératoires importants.
A ce titre, le showrooming, tant avancé par les détracteurs du réseau physique comme preuve de la désertion des magasins, relève bien plus de la digitalisation des points de vente qu'une véritable défiance
Opposer Internet et les magasins n'a pas de sens. Ces canaux se complètent. Internet permet de mieux mailler son territoire et d'adresser le consommateur durant des moments spécifiques pour dynamiser sa consommation. Les magasins physiques, quant à eux, constituent l'essence même de l'expérience shopping à travers l'aventure sensorielle qui y est proposée.

La rédaction vous conseille cet article : Les magasins apprivoisent Internet.

Articles similaires

Définir ma zone de chalandise

par Dominique Deslandes - 6 jours

Vous devrez vous intéresser à la zone géographique qui sera impactée par l'ouverture de votre point de vente. Certains critères sont à vérif...

Les matières premières du cordonnier

par Dorsaf Maamer - 7 jours

Peau animale transformée par des traitements chimiques et mécaniques et apprécié depuis toujours pour sa durabilité et son confort, le cuir e...

Une nouvelle dimension pour les animations en magasin

par Martine Malaterre - 8 jours

Séduire le consommateur via des animations magasin n’est pas nouveau et a toujours fait partie du marketing. Cependant, face aux exigences d’un client multicanal et hyper-connecté, ces opérations avaient été un peu délaissées.

Informations clés

  • Crée le: 23/02/13 01:00

Les franchises qui recrutent