La franchise de distribution fait son chemin en Afrique du Sud

Le secteur de la distribution sud-africain enregistre depuis une dizaine d'années des taux de croissance annuels compris entre 5 % et 10 %. Dans un pays aux habitudes de consommation hétérogènes et aux très fortes disparités de revenus, 20 % des ménages y réalisent à eux seuls près des deux tiers du total des dépenses de consommation.
Les ventes de détail en première ligne
Dans ce paysage économique, les enseignes généralistes (commerce de proximité, supermarchés et hypermarchés) réalisent actuellement plus de 40 % des ventes de détail avec un commerce de proximité en forte progression. Une réalité que l'on doit notamment au développement des boutiques dans les stations-services (Woolworths Food Stop, Engen Quick Shop, BP Express, Total La Boutique) qui représentent à ce jour plus de 1200 points de ventes. Selon un rapport édité par Statistics South Africa, les ventes de détail en Afrique du Sud s'élevait en 2008 à 507,9 milliards de rands (soit environ 46,4 milliards d'euros).
28 620 magasins franchisés
Et la franchise n'est pas en reste. C'est d'ailleurs probablement le phénomène le plus significatif de l'évolution du pays en matière de distribution. Fin 2008, plus de 531 franchises étaient référencées en Afrique du Sud, employant près de 400 000 personnes et générant un chiffre d'affaires de 24 milliards d'euros (+ 37 % depuis 2006). Le nombre total de magasins franchisés s'élevait à 28 620 (+ 24 % par rapport à 2004), la répartition géographique des points de vente faisant ressortir une concentration importante dans les provinces du Gauteng (40,7 %), du Western Cape (25,7 %) et du Kwazulu-Natal (12,5 %).
Des franchises pétrolières mais d'autres aussi...
Sur ce marché, l'industrie pétrolière est de loin la plus prisée avec environ 40 % du chiffre total de la franchise. On note également un nombre de franchises croissant dans les secteurs suivants : alimentaire (restauration rapide), téléphonie mobile, biens immobiliers, ventes au détail de biens de consommation. La tendance actuelle est néanmoins à la consolidation et à l'extension des réseaux existants.
Conscient du potentiel économique que représente ce mode de commerce, le gouvernement sud-africain a mis en place une stratégie de développement de ce secteur. Concrètement, la SEDA, unité du Departement of Trade and Industry, créée en décembre 2004, chargée de la coordination de l'ensemble des actions ayant pour objectif la promotion et la création des petites et moyennes entreprises, a fait de la franchise une de ses priorités. Son département FRAIN (Franchise Advice and Information Network) est spécifiquement chargé de ce secteur.
Une place pour les enseignes de franchises étrangères
Les franchises locales représentent 90 % du marché sud-africain contre 10 % pour les enseignes internationales.
Les principales enseignes nationales sont : Debonairs, Steers, BJ's Fast Food, Something Fishy, Juicy Lucy, Mugg & Bean, Milky Lane, King Pie pour le secteur de la restauration rapide, Pick'n Pay, Woolworths et Spar dans le domaine des supermarchés, Sureslim, Spec-Savers, Link Pharmacy dans le domaine de la santé.
Du côté des enseignes françaises, Sinéquanone, Morgan, San Marina pour le secteur de l'habillement, Total dans le secteur pétrolier, ont tous fait le pari de l'Afrique du Sud. Notons d'ailleurs, qu'à l'heure actuelle, la franchise ne fait pas l'objet d'une législation spécifique. C'est le droit commun, d'inspiration anglo-saxonne qui s'applique et les parties sont libres de conclure leurs accords commerciaux.
La franchise demeure donc un marché à fort potentiel en Afrique du Sud pour les entreprises françaises notamment sur le secteur des biens de consommation (habillement, chaussures, accessoires, arts de la table, etc.) où l'offre franchisée locale est encore faible. Le développement d'une franchise en Afrique du Sud est, par ailleurs, un tremplin pour s'implanter dans d'autres pays africains.
Vu dans Ubifrance et les missions économiques – Fiche de synthèse "Commerce, distribution et franchise en Afrique du Sud"  - Octobre 2009

Articles similaires

Master-franchise : le modèle marocain ?

par Hajer Kacem - 2 mois

Soutenu par les pouvoirs publics marocains et boosté par les nouvelles habitudes de consommation au royaume, le secteur de la franchise conna...

Maroc : le royaume du low cost chic

par HK - 3 mois

Tati, Kiabi, LC Waikiki, nombreuses sont les marques dites low cost qui déploient leur réseau de franchise au Maroc. Un déploiement souvent ...

Le commerce, un pilier de l’économie marocaine

par Hajer Kacem - 3 mois

Avec 290 milliards de Dirhams de chiffre d’affaires, le commerce représente 9,4% du PIB du Maroc. Conscient des enjeux du secteur et des opp...

Informations clés

  • Crée le: 11/04/10 02:00

Les franchises qui recrutent