La franchise avec Diaporama sur Express FM Tunisie partie 1

Description de l'activité :

L'émission francophone «Diaporama» présentée par Wassim Bel Arbi, propose une synthèse de l'actualité économique nationale et internationale. Elle passe chaque soit de 20 à 21H sur Express FM, une nouvelle radio privée tunisienne à vocation économique. Pendant le salon de Tunismed franchise du 1 au 3 décembre 2011, le journaliste Wassim Bel Arbi a voulu aider les entrepreneurs à comprendre la franchise et a reçu M. Lecoq responsable du développement de l'enseigne Moving, Jean Samper fondateur d'AC Franchise International et Gery Delesalle patron d'AC Franchise Tunisie.

Point de vue de l'expert :

Wassim Bel Arbi : Commençons le tour de table de nos invités avec Monsieur Lecoq du groupe Hebe.
M. Lecoq : Le groupe HEBE a 25 ans d'activité en France, il est propriétaire de différentes marques et concepts, dont la plus ancienne est Moving qui est depuis plus de quatre ans en Tunisie sous la forme de contrat de licence de marque. Plus nouvelle, l'enseigne Lady Moving est un concept réservé aux femmes, ce sont des centres de bien être où notre clientèle est entièrement féminine. Elle a vu le jour en France il y a trois ans environ et nous sommes présents dans de nombreux pays. Notre volonté a été de participer au salon FranchiseMed de Tunis pour lancer ce nouveau concept, voilà pourquoi nous sommes en Tunisie.
Wassim Bel Arbi : Pour le club Moving qui existe déjà en Tunisie, comment un franchiseur étranger a-'il pu établir le contact sachant que cela ne fait que deux ans qu'un salon spécialisé existe ?
M. Lecoq :
Comme c'est très souvent le cas en franchise, nos contacts viennent de différents partenaires, notamment internet avec ac-franchise.com. Des franchisés potentiels viennent demander des informations sur tel ou tel concept. Le cas de Lady Moving est assez simple, c'est une demande émanant de ce candidat auprès de notre groupe et on s'est mis d'accord sur l'exploitation d'un centre a Tunis, sous licence de marque.
Wassim Bel Arbi : En quelques mots, quel est l'intérêt aujourd'hui d'avoir une franchise d'une salle de sport étrangère, sachant qu'il existe déjà plusieurs salles de sport Tunisiennes ?
M. Lecoq : Pourquoi pas, c'est comme dans tous les métiers, je dirais qu'il y a différents concepts, on peut plaire a certains et déplaire a d'autres, nos clients ne sont pas forcément des gens du métier, ils attendent de notre part le professionnalisme tant sur l'exploitation que sur le commercial. Or cela fait partie des apports logiques d'un franchiseur, de quelqu'un qui apporte une licence de marque, donc je dirais que c'est la différence. Je dirais aussi que quand on est à la tête d'une entreprise et qu'on est tout seul, on est dedans à 100% voire a 150% et on oublie que le monde bouge tout autour et que l'entreprise bouge. Un franchiseur apporte une visibilité sur l'avenir, ce sont des éléments qui permettent qu'un candidat s'oriente vers la recherche d'un franchiseur en vue de conseils et de formations qui sont nécessaires dans la logique d'une entreprise ; cela n'enlève pas la qualité que peuvent avoir les clubs indépendants dans le cadre de la remise en forme et qui font très bien leur travail ; c'est une autre démarche. 
Wassim Bel Arbi : J 'ai pu remarquer dans ce salon et le salon précédant que le « bien être » est très présent ainsi que le sport, le fitness et les salons de beauté. Est-ce que ce sont les seules franchises qu'on peut consommer en Tunisie? Y a-t'il une logique a ça ?
Jean Samper de AC Franchise International : Il y a une logique qui est la rapidité de développement dans le monde de ce genre de service. Aujourd'hui un des secteurs qui se développe très rapidement, c'est la remise en forme et ce grâce au désir d'être bien dans son corps, au désir de ne pas être gros, au désir d'être en bonne santé...etc. Ça correspond à un besoin réel que notre cabinet AC Franchise Tunisie constate au quotidien.
Wassim Bel Arbi : Prenons le cas de California Gym enseigne tunisienne, on a l'impression qu'ils se développent avec une logique de franchise mais d'une manière non officielle, on a aussi l'impression qu'ils sont en train d'essayer le concept de franchises. Que dites-vous à ce sujet ?
M. Lecoq : L'enseigne que vous venez de citer est un centre de remise en forme classique comparable à notre enseigne Moving, mais qui n'est pas comparable en tout cas à ce que représentent Lady Moving et Curves.
Jean Samper : On a trouvé Lady Moving, Curves et Lady Fitness au salon, parce que ce sont des tendances lourdes du marché tous pays confondus, ce n'est pas uniquement la notoriété des enseigne qui compte, mais aussi le savoir-faire et le savoir-faire n'est pas uniquement un ensemble de choses visibles. Oui, un tunisien, un français, un algérien, peuvent créer un concept et regarder soigneusement a quoi ça ressemble et essayer de le reproduire, seulement, il y a des choses visibles et des choses invisibles et le gros avantage de la franchise c'est que dans les choses qui en sont pas visibles par quelqu'un quçi n'a pas été formé par le franchiseur il y a une masse d'expérience, une masse d'erreurs à éviter. Donc, quand on prend une franchise ce n'est pas qu'elle soit étrangère ou tunisienne qui compte - il n'y a pas encore de franchise tunisienne dans ce domaine, mais il y en aura, je le souhaite - ce qui est important c'est qu'on achète le moyen d'éviter les erreurs. Rappelons que les deux motivations principales du franchisé, c'est de reproduire un succès et de limiter les risques. Et la réponse à ces deux motivatons se trouve notamment dans le savoir-faire transmis par la formation et par l'assistance apportée par le franchiseur.
Lire la 2ème partie de ce Diaporama spécial Franchise
ou la 3ème et dernière partie de ce spécial franchise

Place du concept sur son marché :

Aujourd'hui, les deux moyens principaux pour que les franchiseurs rencontrent des futurs franchisés en Tunisie sont le salon Tunismed Franchise en décembre et www.ac-franchise.com/tn Tunisie toute l'année.

Informations clés

  • Crée le: 07/01/11 15:21

Les franchises qui recrutent