La coiffure fait de la place aux franchisés

Les enseignes continuent leur développement et souhaitent affiner le quadrillage du territoire français. Une opportunité pour les nouveaux venus dans ces réseaux de franchise.

Les franchisés du secteur de la coiffure bénéficient d'une formation, de la centrale d'achat, d'aides à la gestion et à l'installation et de la notoriété de la marque. Les franchiseurs espèrent séduire petit à petit les coiffeurs indépendants, le plus souvent isolés dans leur salon. Jacques Dessange vient de reprendre Moréno et illustre bien cette stratégie : l'agencement d'un magasin est proposé à 900 € le m2. Comptant actuellement 100 salons, avec 30 € de ticket moyen, le réseau s'est fixé un objectif de 500 salons en 2005.

La présence en entrée de gamme ainsi qu'en haut de gamme est une double obligation pour ces marques. Ainsi Franck Provost qui a 410 salons dont 30 à l'étranger, a été un des premiers à aborder le créneau plus populaire avec la griffe Fabio Salsa qui a 30 succursales et 25 franchisés. L'image est jeune et branchée. Le réseau propose des stages de coupe, de coloration, de vente et de management pour un droit d'entrée de 3000 €. La redevance  mensuelle est fixée à un montant de 600 à 900 €, or en 2004 Fabio Salsa affichait un chiffre d'affaires moyen de 300 K€ par salon. Le groupe offre des formations spécifiques pour cette marque mais est aussi présent sous son enseigne Franck Provost dans des opérations de sponsoring telles que Star Académy et envisage son développement tant en France qu'à l'international. Dessange, également très présent à l'international, s'appuie également sur ses marques complémentaires, Camille Albane et Frédéric Moréno.  Chaque marque occupe le haut de son segment de marché, dit-on. En effet la politique du groupe est celle de la qualité qui repose sur l'innovation.

C'est Dessange qui est à l'origine du concept de franchise en coiffure. Un système original de franchise-affiliation repose aujourd'hui sur une organisation interne de transmission du savoir-faire, des valeurs et des normes de qualité. Chaque marque cultive sa propre identité, distribue ses lignes de produits, possède ses propres centres de formation. On propose à la clientèle un concept de beauté globale, avec en un même lieu conseils de beauté, services et produits. Les équipes deviennent polyvalentes et assurent l'accueil, les coupes et les colorations. Dans le groupe Dessange, Camille Albane cible la femme active tandis que Frédéric Moreno permet une présence dans le moyen de gamme. Pour cette marque il est envisagé un développement allant jusqu'à 450 salons en France dans 3 ou 4 ans, le droit d'entrée en franchise est de 3812 € et la redevance annuelle de 9147 €.

La bataille des implantations continue donc en 2004 afin de maîtriser le marché français. Ainsi Saint-Algue réalise 50 ouvertures par an en moyen-haut de gamme, le chiffre d'affaires moyen est de 312 K€ alors que le droit d'entrée est de 6900 et la redevance de 6 % du CA annuel. De son côté Jean-Louis David poursuit sont extension aussi hors de l'hexagone, également grâce à la franchise.

Aujourd'hui cependant, les opportunités semblent surtout exister dans les réseaux capables de rentabiliser des emplacements moins coûteux même dans des petites villes comme Thierry Lothmann qui a rodé son savoir-faire dans des bourgades puis dans des villes plus importantes.

Dominique Deslandes

 

Articles similaires

Vérifiez ce qui est publié sur votre réseau sur ac-franchise.com

par ACF - 5 jours

L’annuaire ac-franchise.com est le plus complet avec 2400 fiches réseaux (franchise, concession, coopératives, etc, etc.) mais aussi le plus riche en détails. Il est donc consulté par 130 000 visiteurs chaque mois.

La multi-franchise : une opportunité sous conditions

par Audrey Caudron - 6 jours

Il est tentant pour un entrepreneur en franchise de profiter de la réussite de son premier point de vente pour en ouvrir d’autres dans le mêm...

Quand l’exclusivité territoriale s’applique de fait

par Martine Malaterre - 13 jours

L’exclusivité territoriale qui consiste à garantir au franchisé une zone où le franchiseur n’implantera pas d’autres unités n’est pas obligatoire dans le contrat de franchise et ne peut entrainer une nullité de ce contrat en cas de ...

Informations clés

  • Crée le: 27/02/05 01:00

Les franchises qui recrutent