Interview du franchiseur Danielle Moussu

CADR'EMOI avait un magasin en propre et a essayé de développer une franchise. Ne franchise plus, Ne recrute plus.
AC Franchise : Parlez nous de votre métier, du marché
Danielle Moussu :
Nous travaillons à partir de l'image, l'encadrement. C'est un marché en pleine croissance. Aujourd'hui les gens soignent leur intérieur, on assiste à une forte attraction pour l'amélioration de la maison, sa décoration. C'est une tendance très cocoonning qui augmente et nous en bénéficions. Notre offre est importante : nous proposons plus 1000 références de baguettes pour les encadrements sur-mesure, et une très large gamme de cadres standards. Notre point fort c'est le choix grâce à un magasin suffisamment grand : 100 m2 au moins, notre magasin d'Angers fait 120 m2 ce qui permet une grande surface de présentation. Ensuite nous faisons la différence par le conseil au client et le professionnalisme.
ACF : Quels types de clients accueillez-vous ?
DM
: D'abord il y a celui qui vient avec son image ou son objet, de retour de voyage, un papyrus par exemple. Il a besoin d'être aidé dans son choix, nous sommes proches de nos clients et nous le conseillons en fonction de sa demande. On le prend par la main en somme et on lui apporte la solution qui lui convient le mieux. Ce type de clients représente à peu près 20 % de notre clientèle. Ensuite il y a ce que j'appelle les gros comptes : des hôpitaux, des comptables, des administrations, etc. Nous prenons en charge leur décoration, ils représentent environ 15 % de nos ventes. Les autres se répartissent entre les clients spontanés qui entrent en passant devant le magasin et ceux qui refont la décoration de leur maison. Nous avons aussi l'accompagnement des événements familiaux : cadres de mariages, baptêmes, communions, noces d'or...
ACF : Comment aménagez-vous les magasins ?
DM
: Tout doit se voir d'un seul coup d'œil. Les magasins doivent être lisibles, bien rangés, avec une surface suffisante comme je le disais, au moins 100 m2 et une belle surface de vitrine, à Angers elle fait 10 m. Nous pouvons y présenter différents encadrements : le thème de l'Afrique, puis un chevalet floral, un autre plus abstrait, un photo de paysage... Avec différents formats. Nous devons suivre les tendances de la mode, actuellement on est encore dans les ambiances chaudes, suivant le thème africain, avec beaucoup de couleurs.
ACF : Qu'apportez-vous aux futurs franchisés et que leur demandez-vous ?
DM
: Nous leur apportons le concept Cadr'emoi et leur demandons avant tout d'aimer le produit. La personne doit avant tout être motivée par les produits que nous proposons et être agréable avec la clientèle. L'apport personnel est de 50 000 € et le droit d'entrée de 10000 €. Nous offrons une formation technique : le franchisé doit acquérir un certain savoir faire pour réussir ses encadrements parfaitement. Nous lui donnons aussi les éléments nécessaires pour la gestion des stocks, les commandes... Nous lui apportons les bases pour savoir tenir un magasin correctement suivant nos principes. Les cadres sont rangés par formats, par couleurs et par thèmes.
ACF : Quel est le principal atout de votre réseau ?
DM
: Cadr'emoi est d'abord et avant tout une activité rentable. Le magasin que nous avons ouvert à Angers en 2000 a fait 334 000 € HT de chiffre d'affaires en 2004 et, d'après notre dernier bilan arrêté au 30 juin 2005, il devrait être de 360 000 € HT.
Prenez connaissance des réseaux de franchise de décoration et d'équipement de la maison qui recrutent.

Articles similaires

Que disait Guy Hoquet il y a dix ans ?

par AC Franchise - un mois

Dans la série "Mais que disaient-ils il y a dix ans ?" Nous publions aujourd'hui l'interview que nous avons réalisé en octobre 2006 de Monsieur Guy Hoquet dont le réseau immobilier représentait 500 agences qui vivaient dans un résea...

Interview de Dominique Maupu, Président d'Hygena

par Dorsaf Maamer - plus d'un an

Extraits de l'interview de Dominique Maupu président d'Hygena par Deci deurs TV le 3 mars 2015 Vous êt...

Un franchisé de centre auto du Nord nous explique sa vie dans le réseau

par Dorsaf Maamer - 5 ans

Avec la franchise, nous avons des outils qui sont adaptés à chaque opération. On est vraiment dans une activité très technique et très professionnelle. Il ne s'agit pas d'une caisse à outils dans laquelle on aurait tous les outils en vrac.

Informations clés

  • Crée le: 20/05/05 18:21

Les franchises qui recrutent