AC Franchise

Franchise conseil developpement recrutement Communication et publicité

Activité(s) : Conseil en franchise. Portail web de recrutement de franchisés

Interview de Jean Samper pour la revue PIC

Comment avez-vous découvert la franchise à une époque où la formule était encore peu connue ?
Quand je suis sorti d'une école de commerce, en 1973, mon premier poste fut celui de chef du rayon textile d'une grande surface. Un premier contact sur le terrain avec l'univers du commerce. En 1975, je suis entré à la Lainière de Roubaix. Une entreprise qui figure parmi les pionniers de la franchise. Ma tâche a consisté pour une bonne part à redresser des points de vente en difficulté. Ce fut donc une seconde approche. En 1982, ma fonction a changé : j'ai été chargé de la formation de filiales étrangères, ce qui m'a apporté une expérience de l'international. Je me suis retrouvé à la direction pour les pays nordiques.


Et c'est pourtant à ce moment là que vous avez décidé de quitter ce grand groupe pour créer votre cabinet…
En effet, j'ai donné ma démission, d'une part parce que j'avais envie de gérer ma propre affaire, d'autre part parce que j'estimais que la direction ne m'écoutait pas. Paradoxalement, la Lainière a été mon premier client. L'entreprise se posait des questions sur de nouveaux concepts et sur leur positionnement. Le fait d'avoir osé démissionner me rendait crédible. Cette fois, mes anciens patrons étaient disposés à m'écouter.
Dans quelles conditions avez-vous démarré ?
Tout seul, à mon domicile ! Beaucoup de gens me conseillaient de choisir l'Europe du Nord comme créneau, en raison de mon expérience. En effet, je parle Suédois et je comprends assez bien le Danois et le Norvégien, ce qui n'est pas très répandu. Et j'avais une bonne connaissance de ces marchés. Toutefois, quand il était question de trouver des clients, c'était autre chose. J'ai donc opté pour la franchise, et j'ai bien fait. Mon gros atout était mon expérience de «pompier». Quand on a compris pourquoi des commerces ne marchaient pas, quand on les a aidés à redresser la situation, on est en mesure d'expliquer ce qu'il faut faire pour que ça marche.
La franchise n'en était plus tout à fait à ses débuts en 1989. Aviez-vous beaucoup de concurrents sur le marché du conseil ?
Très peu. Et aujourd'hui, cette concurrence reste limitée. Il y a beaucoup de gens venus d'horizons divers qui se lancent dans le conseil en franchise, mais le turn-over est très élevé. Leur durée de vie moyenne est inférieure à cinq ans. Il y a tout au plus une demi douzaine de cabinets conseils stables. En fait, il faut distinguer des métiers sensiblement différents : courtier-vendeur de franchise, développeur en temps partagé et conseil proprement dit.
Quelles sont les spécialités de votre cabinet ?
Nous avons trois axes de développement. Le conseil, le recrutement développement et l'international c'est à dire l'impor tation et l'exportation d'enseignes. Ce dernier axe est très important pour nous et internet joue désormais un rôle de premier plan.
Votre activité concerne-t-elle tous les secteurs du commerce et de la franchise ?
Presque tous. Mais il y a tout de même des secteurs qui nous échappent car ils fonctionnent de façon un peu différente et disposent de leurs propres spécialistes, qui sont souvent des cadres des grandes enseignes. Le textile est par exemple un monde à part, qui compte des développeurs connaissant quasiment les prix de toutes les rues de France, la rentabilité au mètre carré de chaque enseigne, les noms des patrons des magasins. Dans le meuble et la grande distribution, on ne fait pas non plus appel à des conseils externes. Les réseaux disposent de leurs carnets d'adresses…
En trente ans de carrière, quels sont les changements les plus significatifs que vous avez observés ?
 En 1975, il y avait une centaine d'enseignes dont 50% vendaient des articles d'équipement de la personne. Ces enseignes étaient des fabricants et des importateurs qui gagnaient de l'argent en prenant une marge sur leurs produits. C'était le rapport qualité/prix du produit et le prestige de l'enseigne qui faisaient la différence entre concurrents. Aujourd'hui, ce qui compte, c'est la pertinence du concept. Les franchiseurs gagnent de l'argent avec les redevances. Il y a toutefois une troisième catégorie qui recouvre les deux activités : la vente de produits dans le cadre d'un concept intelligent. Mais il y a d'autres changements. Dans les années soixante-dix, quand un franchiseur débarquait dans une ville, c'était un «méchant» qui voulait couler les commerçants indépendants. Aujourd'hui, la franchise fait au contraire partie des moyens, pour les indépendants, de résister aux succursalistes et à la grande distribution. Non seulement, on ne repousse pas les franchiseurs, mais on les fait venir. Les Chambres de Commerce se chargent parfois de les faire connaître, de leur trouver des emplacements.
Les franchiseurs ont-ils changé de méthodes ?
La franchise – et les autres formes d'association – se sont beaucoup professionnalisées. Les franchiseurs étaient souvent jadis des gens qui avaient créé avec succès un commerce ou une petite entreprise sur un créneau plus ou moins original grâce à leurs qualités personnelles, et se lançaient parfois un peu l'aveuglette en pensant qu'il serait facile de reproduire leur réussite et de gagner beaucoup d'argent. Ceux qui avaient du charisme parvenaient à convaincre un certain nombre de personnes de les suivre, pour le meilleur et pour le pire. Aujourd'hui, la démarche est beaucoup plus raisonnée et planifiée. Je dirais qu'on est passé du gourou au manager. Cette évolution positive est d'une part le fruit de l'expérience : on a beaucoup plus de recul aujourd'hui, les méthodes de développement des réseaux sont bien rodées.
D'autre part, cette professionnalisation est aussi la conséquence de la mise en place d'une législation contraignante : la fameuse loi Doubin. Fournir à leurs futurs partenaires un document contenant des éléments sérieux d'appréciation est devenu incontournable pour les franchiseurs. Ils se trouvent ainsi aujourd'hui obligés de faire une certaine «publicité» à leurs résultats, bons ou mauvais, avec le risque de voir leur image se détériorer très vite, leur

Les derniers articles AC Franchise

Est-il possible de faire des changements dans le contrat de franchise inclus dans le DIP ?

par Régis Fabre - 11 jours

Maître Régis Fabre Je suis en train d'étudier le DIP d'un franchiseur. Si quelques points me déplaisent , est il...

Je veux ouvrir une franchise mais continuer mon activité actuelle. Puis-je monter la franchise sans y travailler ?

par Jean Samper - 15 jours

Tout dépend du métier et de la franchise que vous envisagez. Par exemple....Si vous ouvrez une station de lavage automobile, votre temps de travail sera réduit et vous pourrez sans doute déléguer. Mais faut-il accepter de ne rien connaître au méti...

Trouver un franchisé ou un master franchisé en Tunisie pour 500 euros seulement ?

par Jean Samper - 16 jours

AC Franchise est actif en Tunisie depuis 2009. La franchise a bien démarré en Tunisie et les places sont à prend...

Informations clés

  • Crée le: 13/10/07 02:00

Les franchises qui recrutent