Immobilier : des prix revenus au niveau de 2009

Selon un article publié fin mars 2015 dans la revue Challenges, les prix immobiliers seraient revenus à leur niveau de 2009. Cette baisse, associée à des taux d’emprunt historiquement bas incite les Français à devenir propriétaires.

Des prix en diminution dans le neuf et l’ancien

Avec un volume des prêts accordés qui est passé de 160 à 119 milliards d’euros depuis 2011, sans nul doute les prix de l’immobilier ont baissé ces dernières années. Depuis 2011, ils auraient ainsi connu une diminution de plus de 10 à 12% sur les logements neufs ; dans l’ancien, les prix auraient quant à eux baissé de 2,8% en 2014, après une diminution de 1,1% en 2013 et de 2,9% en 2012, soit une baisse de 7,7% en trois (et - 12%, en euros constants, si l’on retire l’inflation. Selon Challenges, les prix d’aujourd’hui seraient ainsi revenus à leur niveau de 2009.

Des disparités géographiques

Les secteurs les plus touchés par cette diminution des prix ont été les campagnes et les agglomérations moyennes, davantage touchées par le chômage. La baisse a été un peu moins forte dans les grandes villes comme Lyon, Toulouse, Bordeaux et Paris… même si les prix de la capitale par exemple, précise le magazine « sont repassés pour la première fois depuis quatre ans sous la barre des 8.000 euros le m2 ».

Un nouveau profil d’acheteur

Challenges nous explique que par ailleurs le profil de l’acheteur a fortement changé. « Le client qui avait fait les beaux jours des hausses des années 2000, celui qui achetait après avoir vendu (celui que les professionnels nomment dans leur jargon : le secundo-accédant, NDLR), est devenu une denrée rare », explique-t-il. Et de préciser que dans le neuf, il ne représente plus que 20% des clients ; dans l’ancien, sa part a reculé de 15 points. Les raisons de ce changement : une étonnante schizophrénie puisqu’il refuse de baisser le prix du bien qu’il met lui-même en vente alors qu’il souhaite acheter au plus bas possible ! Un état des lieux qui explique l’allongement des délais de vente (avec des vendeurs qui sont prêts à attendes beaucoup plus longtemps qu’avant) : 94 jours en 2011, 107 jours aujourd’hui, et même 115 jours en région selon Elix Rizkallah, président du réseau Laforêt.

Investisseurs rassurés et nouveaux acheteurs

Si ce contexte peut faire peur aux professionnels du secteur, le potentiel du marché immobilier reste néanmoins énorme avec, explique le magazine, un retour des investisseurs qui avaient disparu. En trois ans, presque 400.000 (200.000 dans l’ancien, plus de 150.000 dans le neuf) et peuvent depuis le 1er septembre 2014, bénéficier du "Pinel". Ce dispositif permet une réduction d’impôts pouvant aller jusqu’à 21% en échange de loyers plafonnés plus proches de ceux du marché. Autres « revenants » : les jeunes acheteurs qui s’étaient écartés du marché à cause de la suppression du prêt à taux zéro (PTZ) et que «  le Premier ministre, Manuel Valls, l’a remis en selle ». Depuis, les demandes de PTZ et de prêts d’accession sociale (PAS) seraient en forte hausse et profitent aux primo-accédants modestes. Autant d’aides qui s’accompagnent de conditions de crédit particulièrement favorables avec des taux d’emprunt historiquement bas. Aujourd’hui, il est possible d’emprunter à moins de 2% sur quinze ans !

Vu dans Challenges

Le secteur de l'immobilier vous intéresse ? Retrouvez les fiches des franchises d'agences immobilières qui recrutent et consultez notre article Quelles tendances pour les franchises immobilières en 2015 ?

Articles similaires

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA et JS - 5 jours

Profil du courtier qu'il soit franchisé, salarié ou entrepreneur isolé Le courtier se charge d'analyser le besoin de son client afin de lui trouver l'offre la plus adaptée sur le marché en respectant son budget. Il devra rentrer en négociation si...

Le secteur de l’ameublement profite pleinement de la dynamique de celui de l’immobilier

par HK - 14 jours

Porté par l’excellente reprise du secteur de l’immobilier, le secteur de l’ameublement a passé une belle année 2016. La tendance se confirme pour l’année en cours avec une progression exceptionnelle pour certaines enseignes dont la franchise Archea.

La distribution de loisirs créatifs en forte progression

par HK - un mois

Une étude publiée par Xerfi et intitulée « Le marché et la distribution de loisirs créatifs - Innovations, communautés virtuelles, percée des acteurs non spécialisés : analyse et perspectives du marché à l’horizon 2018 » révèle que le secteur se p...

Informations clés

  • Crée le: 21/05/15 12:22

Les franchises qui recrutent