Franchisé ou pas, pour vous mettre à votre compte, faites une étude de marché

Même si vous vous lancez avec l'appui et le savoir-faire d'un franchiseur, cela exige d'imaginer votre activité dans son milieu concurrentiel et d'être à l'écoute des clients potentiels, sans craindre les réalités.

Trop souvent le créateur néglige l'étude de marché, soit elle demande une implication trop forte soit elle soulève des problèmes qui font peur. Mais il vaut mieux démarrer une nouvelle activité en ayant toutes les cartes en main, même si certaines peuvent inquiéter...

Il est d'abord nécessaire de bien définir le marché sur lequel vous vous lancez. Par des études, des enquêtes vous pourrez identifier les attentes de la clientèle et vérifier que le produit ou le service que vous allez proposer correspond à une véritable attente. Une bonne étude de marché se fait sur le terrain.

Il est nécessaire de consolider ses propres connaissances professionnelles en s'informant par tous les moyens possibles : lire les revues spécialisées, aller dans des foires, analyser les offres des concurrents... Vingt à quarante minutes de lecture par jour et un salon par trimestre semblent représenter une bonne moyenne pour la mise à jour des connaissances utiles au créateur. Pour bien étudier la concurrence,  vous pouvez aussi visiter les sites Internet et vous renseigner sur les pratiques commerciales de chacun. Entrez toutes les informations que vous aurez recueillies sur un tableur que vous mettrez à jour régulièrement, vous l'alimenterez au moins une fois par semaine en y ajoutant tel tarif ou telle promotion annoncée par l'un de vos concurrents.

Ce sont ensuite vos clients potentiels qui vous aideront à définir les produits ou services qu'ils recherchent,  diffusez des questionnaires afin de recueillir des informations précises auprès de vos prospects, vous pouvez également proposer des tests de produits. Demandez leur simplement ce qu'ils souhaitent. Après la création de votre activité vous continuerez à être attentif en effectuant régulièrement des sondages ou des enquêtes de satisfaction afin de ne pas négliger les clients qui peuvent être mécontents et ne l'expriment par haut et fort sauf à d'autres clients éventuels car un client mécontent est très vite vecteur de mauvaise publicité. Il n'est pas bon de fuir les critiques, les opinions négatives sur vos produits ou services vous aideront à progresser, à trouver des solutions pour remédier aux problèmes existants.

Par ailleurs vous devez en permanence penser à élargir votre réseau, or pour garder un client actif il faut le contacter entre quatre à douze fois pas an. C'est enfin votre réseau personnel que vous devez préserver en gardant le contact avec les relations professionnelles que vous avez pu accumuler sur votre route : anciens fournisseurs, employeurs, clients, etc.  N'hésitez pas à organiser des manifestations qui permettront de provoquer la rencontre entre vos clients et vos autres partenaires.

Articles similaires

Les courtiers en crédit immobilier gagnent des parts de marché

par MA - 11 jours

On a constaté que la part de marché des courtiers a doublé en 10 ans et ils comptent, par ailleurs, en posséder la moitié d'ici à 10 ans. Philippe Taboret, président de l'Apic, interviewé par CBanque, revient sur l'état actuel du marché et les amb...

Le bio français en progression

par Hk - 11 jours

Le bio a le vent en poupe. De plus en plus de consommateurs se tournent vers les produits bio, de saison et locaux. Les chiffres de l’Agence Bio le confirment : le secteur a enregistré une hausse de 14,7% en 2015 par rapport à l’exercice précéde...

Innovation en magasin : Américains vs Européens, quelles différences ?

par HK - 22 jours

En Europe comme aux Etats-Unis, les magasins innovent afin d’offrir à leurs visiteurs une expérience client améliorée. Caisses automatiques, Wifi gratuit, Click & Collect, réalité virtuelle… le fournisseur de terrains et solutions d'enquêtes en li...

Informations clés

  • Crée le: 09/10/10 02:00

Les franchises qui recrutent