En savoir plus sur le label de restauration « fait maison »

Les restaurants avec service sur place mais aussi ceux  de vente à emporter peuvent apposer le logo et la mention "fait maison" depuis le 15 juillet 2014 sous certaines conditions édictées par le décret de loi n° 2014-797. Selon le ministère de l’économie et du "redressement productif", « le présent décret vise à définir la mention «fait maison» et ses modalités de mise en œuvre dans les activités de restauration ou de vente à emporter de plats préparés. Le «fait maison» permettra de mieux informer le consommateur sur les plats qui lui sont servis et de valoriser le métier de cuisinier. » Le délai de mise en conformité est fixé au 1er janvier 2015.



Qu’est-ce qu’un plat fait maison selon la nouvelles règlementation ?

C’est un plat (entrée, plat principal ou dessert) cuisiné sur place. Pour les traiteurs, ils peuvent être confectionnés en dehors de l’établissement principal du traiteur dans des établissements mobiles). Ce plat doit être élaboré à partir de produits bruts, non modifiés, non chauffés et non mélangés à d’autres produits.
Peuvent entrer dans la composition d’un plat “fait maison” les produits épluchés, à l’exception des pommes de terre, pelés, tranchés, coupés, découpés, hachés, nettoyés, désossés, dépouillés, décortiqués, taillés, moulus ou broyés mais aussi  fumés, salés, réfrigérés, congelés, surgelés, conditionnés sous vide. Peuvent aussi être considérés comme « fait maison » les produits de salaison, charcuterie sauf les terrines et les pâtés, les fumets et fonds blancs ou bruns (à condition de le mentionner) les fromages, le lait, les fruits secs et confits , le pain, les farines, les condiments, le café, le thé, le sirop, la pâte feuilletée crue. Ce plat doit être élaboré et proposé dans l’établissement où il a été préparé.

La polémique entre le fait maison et le fait sur place

Le "fait maison" n’implique pas de travailler avec des produits frais mais des produits bruts qui peuvent être surgelés ou pré découpés mais qui doivent être travaillés sur place. Entre un restaurateur qui va chercher son poisson à Rungis et celui qui le cuisine congelé pas de différence c’est du fait maison.

Quant aux légumes, ils peuvent tous être travaillés congelés, seules les pommes de terre font exception ! les fast foods seraient-ils visés 

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 2 jours

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 27 jours

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - un mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 01/11/14 05:51

Les franchises qui recrutent