En franchise ou non, vous vous mettez à votre compte

Quelques conseils clés avant de vous lancer... Vous avez longuement mûri votre projet, vous avez choisi votre franchise ou défini précisément l'activité que vous voulez mener en indépendant isolé, vous avez établi un plan de financement qui vous semblent tenir la route... Comment partir d'un bon pied ?

Bien sûr, choisir le bon statut et y définir précisément son activité sont des principes à observer quand on veut se mettre à son compte. Selon le statut juridique que vous choisissez (PDG salarié de SA ou gérant majoritaire de SARL, par exemple), la fiscalité et les charges sociales varient. 80 % des personnes morales immatriculées sont soit des SARL, soit des EURL. Trois grandes formes juridiques sont principalement utilisées pour la création d'entreprise :
- l'entreprise en nom propre (formalités réduites, pas de capital requis mais le patrimoine personnel du dirigeant n'est pas à l'abri),
- la SARL qui est utile dans le cas où vous devez investir et embaucher pour créer votre activité car votre patrimoine est protégé, (EURL si vous n'avez pas d'associé)
- ou la SA, à retenir si vous tablez sur un chiffre d'affaires important (plusieurs centaines de milliers d'euros dès la première année) mais qui demande un capital initial minimum de 37.000 euros et implique une structure très formalisée comme la constitution d'un conseil d'administration. C'est pourquoi la SA cède de plus en plus souvent la place à la SAS qui est la SA simplifiée.

Pour ce qui est de la définition de l'activité, il faut choisir avec soin l'intitulé de la profession. Celui-ci doit couvrir l'ensemble des prestations qui vous facturerez dans le cadre de cette activité.

Pour les démarches administratives, les centres de formalités des entreprises (CFE) ou "guichets uniques" situés dans les CCI permettent d'éviter la multiplication des démarches auprès des interlocuteurs successifs (Insee, services fiscaux, greffe du Tribunal de Commerce, caisses sociales, inspection du travail, etc.).

Maintenant une étape cruciale : choisir sa banque. C'est généralement le parcours du combattant car les banques sont souvent frileuses vis-à-vis des créateurs d'entreprise et votre choix se résume souvent à choisir la banque qui vous accorde le prêt dont vous avez besoin.
Avant de commencer à faire le tour des principales banques du marché, assurez-vous d'avoir un dossier très complet avec un plan de développement, une étude de marché, un plan de financement (sur trois ou cinq ans selon la taille du projet), etc. Enfin, sachez que si vous ne trouvez pas de banque vous pouvez faire une requête auprès de la Banque de France qui vous en désignera une.

Ensuite vous pouvez chercher des aides. Que ce soit un soutien de salaire par le biais des Assedic ou des aides au financement, il existe de multiples possibilités d'aides à la création d'entreprise mais peu d'entreprises peuvent en bénéficier.  N'hésitez  pas à vous faire accompagner par la Chambre de commerce et d'industrie dont vous dépendez ou par d'autres structures à votre disposition. Faites appel à des spécialistes (expert-comptable, fiscaliste, un conseiller en protection sociale, etc.) et confrontez votre expérience et vos projets à d'autres personnes du même secteur d'activité que vous. Cela vous permettra de tisser un réseau.

Et puis ne négligez pas certains détails : par exemple déposez le nom de l'entreprise à l'INPI, pensez à contracter une protection sociale adaptée. Pour la domiciliation de l'entreprise, si c'est à votre domicile, demandez l'autorisation au propriétaire ou prévenez le syndic si c'est dans le règlement de la copropriété. Equipez-vous en matériel informatique et en logiciels avec une licence adaptée. Déposez le nom de domaine pour le site Internet de l'entreprise (en ".com" et ".fr"). Enfin formez-vous régulièrement. Si vous n'avez aucune compétence comptable, une formation est nécessaire avant de vous lancer dans l'aventure. Il est également important de faire régulièrement des formations dans votre domaine pour vous maintenir à la pointe de votre secteur.

Dominique Deslandes

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 4 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

Ne ratez pas le Salon dédié aux entrepreneurs : Business Success, Mercredi 16 novembre près de Lille!

par Dorsaf Maamer - 24 jours

Le 16 novembre aura lieu l’événement dédié aux dirigeants TPE/PME, auto-entrepreneurs, agents commerciaux, futurs franchisés... Le Business S...

Comment financer votre projet de franchise ?

par Dominique Deslandes - un mois

Se lancer en franchise rassure les banquiers mais requiert parfois un niveau d'investissement plus important. Pourquoi est-ce parfois plus ch...

Informations clés

  • Crée le: 03/04/10 02:00

Les franchises qui recrutent