Définir ma zone de chalandise

Vous devrez vous intéresser à la zone géographique qui sera impactée par l'ouverture de votre point de vente.
Certains critères sont à vérifier en fonction du style de clientèle souhaité.

Vous devez arpenter le territoire que vous envisagez de conquérir. Munissez- vous d'un plan de ville et tracez un cercle imaginaire autour de votre futur point de vente. Prenez de quoi noter les éléments importants lorsque vous découvrirez la réalité du quartier. Voyez l'endroit comme si vous étiez un client et que vous souhaitiez trouver un magasin comme le vôtre

La catégorie de l'agglomération

Certains éléments peuvent avoir une influence dans la délimitation de la zone : immeubles insalubres, friches, insécurité, construction d'immeubles en cours d'achèvement, etc.Il n'y a qu'en allant sur le terrain que l'on peut en avoir connaissance. Vous pouvez être accompagné d'un expert qualifié, venant d'une boutique de gestion, de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) ou de la Chambre de métiers et de l'artisanat (CMA). Vous pourrez aussi trouver des informations complémentaires auprès du service en charge du développement économique de la commune ou de la communauté de communes.

L'utilisation des infrastructures existantes

Parmi les critères à retenir évidemment la taille de l'agglomération est souvent importante, néanmoins selon l'activité, les experts considèrent qu'il y a une zone primaire de chalandise, celle où les clients potentiels ne mettent pas plus de trois minutes à pieds ou en voiture pour venir à la boutique et une deuxième zone, où le temps de parcours ne dépasse pas dix minutes. En fait, selon qu'il s'agit ou non d'un commerce de première nécessité, le temps de déplacement jouera différemment.

La durée à retenir pour calculer les zones de chalandises sera donc variable selon l'activité mais aussi les modes de vie. En ville une boulangerie doit être à 3 minutes à pieds effectivement, à la campagne ce ne sont pas les mêmes conditions.

Habitudes de la clientèle

A partir du cercle précédemment tracé, vous allez adapter votre zone de chalandise en une sorte de polygone irrégulier qui tiendra compte des grandes artères, des voies piétonnes et autres éléments de circulation. En général un client recherche la facilité pour se déplacer vers un point de vente, il emprunte le chemin le plus court, va vers un endroit où il y a la possibilité de se garer facilement voire même de trouver un moyen de transport à proximité.

On est sensible au fait de marcher du côté ensoleillé de la rue, ce qui peut être plus agréable, sauf en période de canicule. Le client apprécie également la commodité : accès à un grand magasin où l'on a tout sous la main pour faire ses courses par exemple. Le flux naturel des passants s'établit dans un quartier en fonction de la configuration des lieux, des centres de vie présents et des différentes offres commerciales déjà installées.

Signalisation et concurrence

Voyez si dans cet espace il y a un endroit particulièrement attractif ou animé. Vous devrez envisager d'y installer une signalisation vers votre point de vente : du style « vente à emporter à 2 minutes ». Par ailleurs une avenue dangereuse à traverser peut marquer la limite de votre zone de chalandise.

En revanche si vous avez trouvé un concurrent à proximité, cela peut être plutôt favorable à condition de vous différencier, les clients aiment comparer ou varier leurs achats.

Lisez aussi cet article : Bien identifier ses concurrents avant d'implanter une franchise
Compléter aussi vos informations avec cet article : 
Zone de chalandise d'une franchise : pourquoi, comment ?

Dominique Deslandes

Articles similaires

Marché de la literie : des modèles pour tous les goûts

par HK - 1 jour

En mousse, en latex ou avec des ressorts, fermes ou souples, traités contre les acariens ou contre les bactéries… les matelas sont disponibles dans une très large gamme de modèles qui conviennent à tous les goûts et toutes les utilisations. Ce ma...

Dix tendances alimentaires émergentes en Belgique

par Franchise Be - 11 jours

Nos habitudes alimentaires évoluent de manière radicale. Sans être des ‘early adopters’, les Belges intègrent de plus en plus rapidement les nouvelles tendances du fait de la mondialisation et de la popularité des médias sociaux.

La FNAIM s’engage pour la revitalisation des centres-villes

par ST - 13 jours

Réunis à Saint-Malo, quelque 90 adhérents de la FNAIM ont partagé leur expérience sur la location et la vente de biens commerciaux. Plus qu’une occasion de se rencontrer, l’évènement a permis d’avancer des propositions pour la redynamisation des a...

Informations clés

  • Crée le: 04/12/16 06:44

Les franchises qui recrutent