De belles perspectives pour les franchises d'épicerie fine

Dans le contexte économique actuel, alors que les ménages français, devant faire face à une baisse de leur pouvoir d'achat, arbitrent dans leurs dépenses en alimentation et restauration (la consommation alimentaire des Français reculera pour la seconde année consécutive en 2013 de l'ordre de 0,4 %), l'épicerie fine - et son statut de "consommation de plaisir" - semble tirer son épingle du jeu. C'est en tout cas ce qui ressort d'une étude publiée par Xerfi-Precepta en juin 2013 sur le thème "« La distribution d'épicerie fine à l'horizon 2017 : Innover pour échapper à la banalisation et à la crise ».

De belles perspectives jusque 2017

Selon Xerfi-Precepta, le secteur de l'épicerie fine bénéficierait de la baisse des dépenses en restauration des Français qui privilégient aujourd'hui la consommation alimentaire à domicile. Selon les experts, le positionnement de ce marché devrait se renforcer jusqu'en 2017 sur les segments tout particuliers que sont le café, le thé, le chocolat... Une bonne nouvelle pour les franchises du secteur comme Bruyerre Recreation Gourmande, KC Chocolatier ou Jeff de Bruges. De plus, les enseignes d'épicerie fine profitent toujours d'une belle renommée de la part des consommateurs et restent des acteurs de poids dans l'alimentaire de luxe. Les clients de ce type de points de vente ne privilégient pas le prix du produit comme principal critère d'achat. A l'inverse de ce qui se passe dans les grandes et moyennes surfaces alimentaires.

Les segments de l'épicerie fine à la loupe

Plus précisément, le cabinet d'analyse indépendant, spécialiste des études stratégiques nous donne ses perspectives sur différents créneaux.
- le secteur du café et du thé devrait progresser encore avec la modernisation des concepts de points de vente et la structuration progressive des réseaux dédiés à ce type de produits ;
- le secteur du chocolat qui a connu une très nette progression ces dernières années et a vu son nombre de points de vente augmenter un peu partout en France devrait connaître une "période d'écrémage" qui entraînera une diminution de la croissance sans toutefois pénaliser ce segment porteur ;
- le rythme de croissance des enseignes de foie gras devrait ralentir devant faire face à  la difficulté de recruter de nouveaux consommateurs mais aussi à l'augmentation de mouvements et campagnes contre le gavage des oies ;
- le segment du saumon/truite fumée est arrivé à maturité et, dans un contexte de hausse des prix en amont, devront valoriser leur offre pour rester compétitifs.
Pour en savoir plus sur les franchiseurs qui recrutent dans les secteurs "Franchise épicerie fine" et "Franchise chocolat"

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 14 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 19 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 21 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 27/08/13 02:00

Les franchises qui recrutent