Convaincre son banquier : construire un business-plan solide pour argumenter et obtenir un accord

Réussir sa rencontre avec un banquier n’est pas uniquement lié au bon concept de votre future activité.

Votre personnalité entrepreneuriale, votre maîtrise du projet et votre capacité à l’expliquer de manière simple, claire et précise, ainsi qu’un document financier détaillé réaliste et permettant de lever tout doute, sont autant d’arguments solides pour séduire votre banquier.

Financer son projet

La concrétisation d’un projet, qu’il soit en franchise ou non, est souvent associée à un besoin de financement, plus ou moins conséquent selon la nature de votre activité.  

Ce besoin financier peut être lié : aux frais de constitution de l’entreprise, aux droits d’entrée dans un réseau de franchise, à l’investissement en machines, locaux, matériels, véhicules, mobiliers, informatique, ou encore des cautions ou dépôts de garantie nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise.

Pour financer ces besoins, plusieurs recours : l’apport en capital (émis par vous et vos associés), l’emprunt bancaire, les aides et subventions, la prise de participation par des capitaux risqueurs.

Pour persuader des banquiers ou investisseurs de vous suivre dans votre projet, vous devrez présenter un dossier complet et structuré.

Avoir les bons outils pour convaincre

Votre business-plan et votre étude de marché sont les outils qui contiennent vos arguments pour justifier votre demande de prêt. Autant donc, ne pas prendre ce document à la légère !

Le banquier est un gestionnaire ! Il lit votre avenir et le réalisme de votre projet dans les chiffres. Pour le convaincre, il vous faudra maitriser les aspects financiers de votre projet, justifier vos orientations et budgets associés, et montrer que vous êtes un bon gestionnaire également ! Donnez-lui donc une bonne lecture de votre projet par des tableaux financiers détaillés et des ratios synthétiques.

En Franchise, les banques connaissent les réseaux et leurs performances financières.  Soyez donc attentif au réalisme de votre projet. Inutile d’améliorer vos perspectives, l’expérience et l’historique du  réseau parlent aussi pour vous  aussi !

Construire son Business-Plan

Pour appuyer l’analyse du banquier, transmettez-lui les bons éléments : les chiffres et leurs justifications. Appuyez-vous sur les éléments d’environnement, de marché, technique, etc., et sur l’expérience du réseau pour un même type de projet que le votre.

Un business-plan est un ensemble de documents financiers dont  la banque a l’habitude. Offrez-lui donc cette base structurée de données pour étudier votre projet et n’omettez aucune partie. Votre rigueur, dans la construction et la remise de ce document initial, sera perçue comme un gage de confiance.

Utilisez ce document pour anticiper toutes ses questions et répondre à ses interrogations concernant :
  • Votre future entreprise : l’objet,  la structure juridique, l’actionnariat, le capital …
  • Votre offre : produits, prix, cibles, positionnement, mode de vente…
  • Votre concurrence : qui, combien, quelle part de marché, quelle situation…
  • Votre choix de gestion pour la : commercialisation, production, logistique,  communication ou encore les achats.
  • Votre approche de l’équipe : quels postes, quelle rémunération, à quelle date d’intégration, …
  • Vos chiffres : prévision de CA, de charges, bilan prévisionnel, compte de résultat, etc.

Rassurer votre banquier

Dans votre approche d’une demande de prêt, il ne faut pas oublier qu’une banque est une entreprise commerciale avant tout. Votre demande doit donc lui garantir des gains et s’inscrire dans une relation durable. La banque accepte de partager un risque, si vous vous aussi vous en prenez un !

Pour la rassurer sur ce plan, détenir de fonds personnels ou actionnariaux est un atout pour couronner le succès une demande de prêt. Il traduit votre engagement et le partage sur la prise de risque dans votre projet.  Disposer d’un montant, investi en capital ou apport, raisonnable par rapport à votre besoin de financement, c’est-à-dire au moins 30%, est un argument de poids pour avoir le soutien de votre banque.

Anticiper l’avenir

La banque qui deviendra  le partenaire financier de votre entreprise doit être envisagée comme un partenaire long terme. Il faut qu’elle puisse soutenir votre projet de lancement, mais qu’elle soit aussi capable d’accompagner votre développement et différente étape de votre croissance.

Projetez-la également dans le futur pour la convaincre que vous êtes un bon client !

Pour réussir votre business-plan, saisir uniquement les informations utiles et être guider, rendez-vous sur mon-business-plan.com !

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 5 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

Ne ratez pas le Salon dédié aux entrepreneurs : Business Success, Mercredi 16 novembre près de Lille!

par Dorsaf Maamer - 25 jours

Le 16 novembre aura lieu l’événement dédié aux dirigeants TPE/PME, auto-entrepreneurs, agents commerciaux, futurs franchisés... Le Business S...

Comment financer votre projet de franchise ?

par Dominique Deslandes - un mois

Se lancer en franchise rassure les banquiers mais requiert parfois un niveau d'investissement plus important. Pourquoi est-ce parfois plus ch...

Informations clés

  • Crée le: 01/06/15 09:00

Les franchises qui recrutent