Conséquences de la fin des quotas chinois sur la distribution en France et Maghreb

Vous le savez, nous aimons revenir sur d'anciens articles, les nôtres ou ceux de la presse, pour voir comment les choses ont véritablement évolué par rapport aux prévisions de l'époque. Le 29 mars 2004, nous écrivions l'article ci-dessous et n'avons pas grand chose à y corriger mais beaucoup à commenter.

Depuis cet article, il y a eu successivement la poursuite de la création de nouvelles enseignes souvent éphémères et basées sur le prix à tout prix puis la préoccupation du maintien des marges des GSS textiles existantes et l'adaptation à ces nouveaux prix sachant que les distributeurs ne pouvaient pas se permettre de répercuter au consommateur toute la baisse des prix à la production sans mettre en péril leur modèle économique.

Nous proposons d'ailleurs un sujet de thèse aux nombreux étudiants qui visitent ac-franchise.com : Quelle fut l'influence des CDEC sur la résistance des enseignes existantes face à l'arrivée des hard discounters textiles ? L'état doit-il réguler au point de risquer de freiner la modernisation ou doit-on considérer qu'il est positif d'empêcher la destruction de l'existant ? Comment arbitrer ?

Parmi les grands perdants de l'invasion chinoise en Europe, nos partenaires industriels textiles tunisiens et marocains sont au premier rang. Leurs donneurs d'ordre ou associés français qui s'étaient délocalisés vers le Maghreb il y a déjà longtemps ont confié une part importante de leurs achats en Chine. Or les conséquences sont parfois dramatiques pour ces entreprises et les emplois perdus au Maghreb sont autant de pressions supplémentaires sur l'immigration en Europe. L'intérêt des européens passe de plus en plus par le respect des intérêts de nos voisins du Maghreb. (AC Franchise accompagne cette tendance en s'implantant au Maghreb. Nous sommes déjà à Casablanca et préparons d'autres bureaux.)

Autre conséquence, des industriels textiles marocains et tunisiens se tournent vers la franchise pour maîtriser partiellement leur distribution plutôt que de dépendre totalement de leurs donneurs d'ordres européens. Certains de ces franchiseurs pourraient déjà être présents au Salon Top Franchise de Marseille les 6 et 7 novembre pour recruter des franchisés en France mais aussi pour recruter des MRE (marocains résidant à l'étranger) désireux d'investir "au pays".

Jean Samper
AC Franchise


--------------------------------------------------------------------------------


Article du 29 mars 2004 : Alerte rouge et jaune sur les quotas

"Actuellement, des quotas régulent les échanges commerciaux de produits textile et d'habillement et ce, depuis 50 ans. Ces quotas vont disparaître complètement en 2005.

Ils se sont déjà amenuisés depuis 10 ans et les spécialistes ne s'attendent donc pas à un raz-de-marée d'importations provenant des pays en voie de développement. Surtout que les importations européennes sont inférieures aux quotas en vigueur actuellement.

Les changements vont surtout modifier la donne dans les relations commerciales avec la Chine. Déjà parce que la Chine n'adhère à l'OMC que depuis fin 2001 et, en peu d'années, passe d'un commerce muselé à une ouverture totale. Ensuite par que l'empire du soleil levant est en grande forme économique au point de devenir le leader mondial de la production textile et le premier exportateur mondial d'habillement.

Les professionnels du secteur regarderont nécessairement vers le géant asiatique dès le 1er janvier 2005 et vont devoir se préparer à une concurrence nouvelle ou à des partenariats originaux.

Nous avons pensé que la Chine serait l'usine du monde. C'est fait.... Mais elle sera bientôt aussi exportatrice de marques."


Bruno Place et Jean Samper


 

Articles similaires

Master-franchise : le modèle marocain ?

par Hajer Kacem - 2 mois

Soutenu par les pouvoirs publics marocains et boosté par les nouvelles habitudes de consommation au royaume, le secteur de la franchise conna...

Maroc : le royaume du low cost chic

par HK - 2 mois

Tati, Kiabi, LC Waikiki, nombreuses sont les marques dites low cost qui déploient leur réseau de franchise au Maroc. Un déploiement souvent ...

Le commerce, un pilier de l’économie marocaine

par Hajer Kacem - 3 mois

Avec 290 milliards de Dirhams de chiffre d’affaires, le commerce représente 9,4% du PIB du Maroc. Conscient des enjeux du secteur et des opp...

Informations clés

  • Crée le: 25/09/06 02:00

Les franchises qui recrutent