FIDAL

Avocat entreprises et baux commerciaux

Activité(s) : CONSEIL & CONTENTIEUX ÉCONOMIQUE

Co-emploi : refus de la qualité de co-employeur d’un franchiseur vis-à-vis des salariés de sociétés franchisées. Un article de Fidal

Cour de cassation, chambre sociale, 9 juin 2015, pourvois n° 13-26.558, 559, 560, 561, 562, 563, 564, 565 et 566
 
Dans le cadre de la restructuration de son réseau, un franchiseur avait acquis, par l’intermédiaire d’une de ses filiales, les parts de sociétés franchisées dont les salariés avaient ensuite été licenciés. Estimant que le franchiseur était leur co-employeur, ces derniers l’avaient assigné en paiement de diverses sommes.
 
La Cour de cassation exclut la qualité de co-employeur du franchiseur au motif que « le fait qu’ait été constituée une équipe dirigeante identique [pour les sociétés franchisées concernées] et que [le franchiseur] ait, d’une part, pris dans le cadre de la politique du groupe des décisions affectant le devenir de ses filiales, d’autre part, fourni les moyens nécessaires à la mise en œuvre de la cessation d’activité [de ces] sociétés, ne pouvait suffire à caractériser une situation de co-emploi ».

Les derniers articles FIDAL

Attention à la validité des engagements pour une société en formation

par Fidal - 3 mois

La promesse de vente prévoyait que l’immatriculation de la société au registre du commerce emporterait de plein droit reprise par elle de la promesse qui sera alors réputée avoir été conclue dès l’origine par la société elle-même, l’immatriculatio...

Franchise : les conséquences d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information

par FIDAL - 3 mois

Le franchiseur – à l’instar de toute personne qui met à la disposition d’une autre personne un nom commercial, une marque ou une enseigne, en exigeant d’elle un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l’exercice de son activité – doi...

Le silence de l’INPI et les décisions implicites de rejet des demandes.

par Fidal - 4 mois

L’article 1 de la loi n° 2013-1005 du 12 novembre 2013 pose désormais comme principe que « Le silence gardé pendant deux mois par l'autorité administrative sur une demande vaut décision d'acceptation ». Toutefois, ce nouveau principe connaît de ...

Informations clés

  • Crée le: 27/07/15 10:33

Les franchises qui recrutent