Chômeurs - créateurs : un défi à relever

On note que 35 % de ceux qui se lancent sont des demandeurs d'emploi. Premier avantage : vous pouvez désormais continuer à toucher l'Assedic pendant la phase de création ou de reprise de l'entreprise., évidemment vous devez vous déclarer chaque mois. Si l'entreprise créée ne rapporte pas plus de 70 % du salaire sur lequel votre allocation a été calculée, vous pouvez garder le cumul des revenus durant 18 mois, le délai ne s'applique pas pour les personnes de plus de 50 ans. Il s'agit d'un cumul partiel : l'Assedic déduit un certain nombre de jours non indemnisables. Si votre revenu n'est pas encore connu, il est évalué suivant un forfait. Après une perte d'emploi suite à un licenciement vous bénéficierez de la rémunération Assedic au titre de l'activité antérieure : dans la limite de trois, comme pour tout salarié.




Pour ce qui concerne les aides , il y a d'abord l'Accre (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise). Le bénéficiaire de cette aide est exonéré pendant un an des cotisations sociales (voir les modalités précises auprès de la Direction Départementale du Travail d'Emploi et de la Formation Professionnelle -DDTEFP). L'exonération est totale si vous êtes indemnisé par les Assedic, sinon elle est limitée au plafond correspondant à 120 % du Smic. Pour bénéficier de l'Accre vous devez avoir la responsabilité de l'entreprise c'est-à-dire posséder au moins 50 % du capital (seul ou en famille) ou être dirigeant et détenir au moins 1/3 du capital. L'activité devra démarrer dans les trois mois qui suivent la demande de l'aide auprès de la DDTEFP.




Par ailleurs pour encourager les créateurs, le porteur d'un projet peut se voir octroyer un chéquier conseil. Il s'agit de douze chèques valables un an vous permettant de recevoir les conseils d'un expert, chacun a une valeur de 45,74 €, le coût de l'heure étant fixé à 60,98 €, vous aurez donc 15,24 € à votre charge. Les organismes retenus doivent figurer sur une liste disponible avec les chéquiers à la DDTEFP.




Une autre aide est l'Eden ( !) qui signifie Encouragement au développement d'entreprises nouvelles.. Il s'agit de gagner son paradis grâce à une avance de fonds remboursables à taux zéro, l'Etat vous oblige à en intégrer la totalité dans le capital. Cette aide va de 6 098 € à 76 225 €. Pour l'obtenir vous devez déjà avoir trouvé des financements par vous-même, d'un montant au moins égal à l'aide. C'est toujours la DDTEFP qui vous donnera les informations.




Parmi d'autres possibilités il reste les prêts solidaires d'associations, la protection de l'habitation principale dont nous avons déjà parlé dans un précédent article et aussi les conseils apportés par de nombreuses structures telles que les ANPE, les Missions Locales, Chambres de Commerce ou des Métiers, ainsi que l'Agence pour la Création d'entreprises. Tout est utile pour réussir l'aventure...






Dominique Deslandes





Articles similaires

Ouvrir une mercerie en franchise, quelles pistes ?

par HK - 6 jours

Porté par l’engouement grandissant pour le DIY, le marché de la mercerie enregistre une forte croissance. Le moment est donc bien choisi pour l’intégrer en se tournant vers un réseau en franchise afin de bénéficier d’un accompagnement de qualité.

Franchise rentable, comment la repérer ?

par HK - 13 jours

Comment débusquer une franchise rentable ? D’abord en se référant au Document d’Information Précontractuel (DIP) que le franchiseur doit transmettre à son futur franchisé, 20 jours au moins avant la signature du contrat, conformément à la loi Doub...

Bien financer pour bien démarrer son projet en franchise

par Dominique Deslandes - 15 jours

Où l'on rappelle que dans le contexte actuel, il est nécessaire de bien anticiper ses besoins de financements pour le futur franchisé avant d'aller voir son banquier. Alors, s'il est vrai que le franchiseur n'est pas sensé faire le prévisionnel d...

Informations clés

  • Crée le: 31/10/04 02:00

Les franchises qui recrutent