5 conseils pour diminuer son IS !

L’impôt sur les sociétés est basé sur le résultat comptable. Difficile de le décorréler de l’activité, tant il en est intimement lié. Toutefois, il est important pour tout dirigeant de connaître quelques astuces permettant de le modérer.

5 conseils clés qui peuvent vous permettre de diminuer votre IS

1. Libérez votre capital social. Les TPE/PME dont le capital n’est pas entièrement libéré subissent un taux d’imposition de 33,33% sur l’ensemble de leur base imposable. A contrario, les autres bénéficient du taux réduit de 15% sur les 38120 premiers euros de base imposable et de 33,33% au-delà. C’est donc une astuce simple, qui diminue sensiblement le montant de votre IS;

Pour en savoir plus sur le sujet et sur la libération du capital social.

2. Utilisez à bon escient les crédits d’impôt existants. Impossible d’être exhaustif en quelques lignes, mais pour n’en citer qu’un le crédit d’impôt pour formation des dirigeants est simple à mettre en œuvre et permet d’économiser 377 € d’impôt sans grand effort. Tout dépend malgré tout de votre activité, de vos produits ou services (l’innovation ou les nouvelles technologies sont par exemple des secteurs très encouragés sur ce plan);

3. Parlez de vos projets avec votre expert-comptable avant de les réaliser. A titre d’exemple, acquérir un véhicule personnel présente un coût très élevé pour une société car il augmente considérablement l’imposition de cette dernière par différents biais. A ce titre, méfiez-vous des informations des concessionnaires quelquefois totalement erronées, et profitez des conseils de votre expert-comptable pour faire les bons choix (n’oubliez pas qu’il est plus que la personne qui gère vos comptes, et qu’il peut aussi assumer un rôle de partenaire et de conseil du chef d’entreprise);

4. Évitez les amendes et autres pénalités infligées par l’administration, elles ne sont pas déductibles de la base imposable à l’IS. On peut notamment parler des pénalités de retard de paiement d’une taxe par exemple;

5. Privilégiez les dépenses productives plutôt que l’imposition. A taux équivalent, mieux vaut opter pour une provision de rémunération pour le gérant, car même si elle entraîne des cotisations sociales, ces dernières seront génératrices de droits en terme de revenus différés ou de couverture contrairement à l’impôt. Il y a donc des arbitrages à réaliser entre vos différentes dépenses.

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 6 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

Ne ratez pas le Salon dédié aux entrepreneurs : Business Success, Mercredi 16 novembre près de Lille!

par Dorsaf Maamer - 26 jours

Le 16 novembre aura lieu l’événement dédié aux dirigeants TPE/PME, auto-entrepreneurs, agents commerciaux, futurs franchisés... Le Business S...

Comment financer votre projet de franchise ?

par Dominique Deslandes - un mois

Se lancer en franchise rassure les banquiers mais requiert parfois un niveau d'investissement plus important. Pourquoi est-ce parfois plus ch...

Informations clés

  • Crée le: 13/12/13 08:00

Les franchises qui recrutent