Article 29 bis de la loi travail modifié : franchiseurs et franchisés demeurent opposés

Dans la première mouture de la nouvelle loi travail adoptée avec le 49-3 tous les réseaux de franchise totalisant au moins 50 salariés avaient l'obligation de créer une instance de dialogue composée du franchiseur, de franchisés et des salariés élus. Son effet ? Introduire chez les franchisés des lourdeurs que connaissent les PME. 

Deux modifications

Malgré la grogne justifiée et expliquée des réseaux de franchise, la loi a été finalement adoptée en 2ème lecture  l'assemblée avec à nouveau l'utilisation du 49-3 mais avec deux modifications :

1) Le seuil à été ramené à 300 salariés au lieu de 50. Deux amendements avaient été déposés. Le 1er par le socialiste Christophe Sirugue qui avait proposé de ramener ce seuil à 1 000 salariés. C’est finalement l’amendement du député PS Denys Robilliard qui a été adopté par la commission avec un seuil ramené à 300 salariés.  
Un autre amendement a été introduit dans la loi par le gouvernement lui-même. S’agissant du seuil de salariés dans les réseaux «liés par un contrat de franchise […] qui contient des clauses ayant un effet sur l’organisation du travail et les conditions  de travail dans les entreprises  franchisée ».

2) La suppression de l’obligation de reclassement des salariés.

Ceci n’est évidemment pas suffisant pour apaiser la colère des réseaux de franchise, toujours opposés à ce texte qui démontre la méconnaissance du pouvoir de ce qui fait le succès des petits entreprises regroupées en réseau.
Il semble que le gouvernement, ayant besoin de garder le soutien de la CFDT, n'a pas osé supprimé cet article demandé par la CFDT bien qu'il traduise une méconnaissances des petites entreprises en réseau.

Une disposition lourde, contestable et contraire aux principes de la franchise

Chantal Zimmer, déléguée générale de la FFF explique que « Ce n’est pas une question de seuil. Un franchiseur ne peut pas avoir de liens économiques, juridiques et sociaux avec les salariés des franchisés ». L’organisation du système de la franchise et le principe d’indépendance juridique entre franchiseur et franchisés seraient totalement remis en cause avec cette instance de dialogue.
 
La CGPME demande « la suppression pure et simple de la mesure » car « le principe d’unité économique et sociale derrière cette mesure est contraire à la franchise »

Le Medef craint «  le risque que cela n’amène à terme la requalification des employés des franchisés en salariés du franchiseur ».

Mais tout n'est pas joué

La contestation se maintient et une lettre a été adressée au président de la république.

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 4 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 6 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 11/07/16 12:20

Les franchises qui recrutent