EQUIVALENZA

Parfumerie et cosmétique

Apport personnel minimum : 19500 EUR

Type de contrat : Licence

28 magasins fermés par la gendarmerie pour contrefaçon. Quid des franchisés ?

Communiqué de la FEBEA: La justice s'attaque à la contrefaçon de parfum Paris le 4 Novembre 2014.  

Au cours du premier semestre 2014, la FEBEA a été alertée sur l'utilisation, par une nouvelle chaîne de magasins, d'une méthode illicite de vente de parfums appelée "tableaux de concordances".  Cette pratique est de la contrefaçon. Elle consiste à vendre un parfum qui porte un nom quelconque, voire un simple numéro, tout en le présentant comme l'équivalent d'un parfum d'une marque connue. C'est pourquoi la FEBEA a immédiatement déposé plainte.

En conséquence, ce 4 novembre, la Gendarmerie Nationale a organisé une intervention massive dans les points de vente de la société Equivalenza, en se déployant simultanément dans les 28 boutiques ou corners implantés en France.

Cette opération "coup de poing" atteste de la volonté des autorités françaises de lutter contre la contrefaçon.   " Il est indispensable de lutter contre tous les types de contrefaçon pour préserver notre patrimoine et notre savoir-faire, et ainsi, faire cesser ces pratiques qui détruisent l'emploi en France et nuisent à la réputation de nos entreprises. " a déclaré Patrick O'Quin, Président de la FEBEA, en remerciant les autorités pour leur action.       

A propos de la FEBEA

La FEBEA-Fédération des Entreprises de la Beauté, est le syndicat professionnel représentant les fabricants de produits cosmétiques et de parfums opérant en France. Elle réunit plus de 300 entreprises, dont 85% sont des PME ou des TPE. Les fabricants  emploient 42.000 personnes et assurent un solde positif de la balance commerciale française dépassant 8 milliards d'euros.

Quid des franchisés ?

Equivalenza ne se définit pas comme une franchise et annonce un contrat de licence, une concession en fait puisque le but est de vendre les produits fabriqués pour ou par la marque. Mais là n'est pas le problème. Que va-t'il se passer pour les adhérents, qu'ils soient appelés licenciés, concessionnaires ou franchisés ? Comment vont-ils survivre si leurs magasins sont définitivement fermés ? Y a t'il eu tromperie de la part du franchiseur ou volonté assumée des franchisés de jouer avec les limites de la contrefaçon en suivant consciemment le franchiseur pour frôler les limites ou ou décision précipitée de fermer les magasins ?

Notre conclusion provisoire est d'être prudent, très prudent quand un concept frôle les limites de la loi ou prétend les contourner.

Informations clés

  • Crée le: 04/11/14 21:43

Les franchises qui recrutent